Orsay aux couleurs de l’été

La période estivale est lancée et elle s’annonce culturelle et ensoleillée ! Et pour démarrer les expositions du bon pied, allons donc nous promener dans les salles du Musée d’Orsay. Et que de changements : étonnantes expositions, nouveaux accrochages, œuvres en mouvement et machines à remonter le temps, le musée nous réserve de belles surprises !

Dès les premiers instants, les changements sont évidents. L’espace muséographique est enfin ouvert en son entier : les deux galeries du rez-de-chaussée sont accessibles au public, vous pouvez désormais faire le tour complet des salles. La galerie Chauchard présente l’École de Barbizon et ses paysages forestiers, tandis que les salles Luxembourg accueillent les petits formats de Gustave Courbet. Mais LE détail à ne pas manquer : Vincent Van Gogh et Paul Gauguin déménagent ! Adieu les petites salles confinées et vite remplies par la foule. Bonjour l’immense salle 58 (alors oui, ce n’est pas facile sans image, mais cliquez ici pour vous retrouver), bien plus adaptée pour deux génies du XIXe siècle.

Quant au cinquième étage, siège des impressionnistes, il s’enrichit de nouveaux accrochages : les grands formats de Toulouse-Lautrec font face à l’horloge et les toiles pointillistes viennent compléter le parcours dédié aux nombreux artistes de la modernité. La visite est toujours aussi agréable, que l’on préfère Claude Monet, Edgar Degas ou Mary Cassatt, et ce surtout en début de matinée, avant l’arrivée des groupes. Mais attardons nous sur ce qui attire tous les curieux : les expositions !

La première, Le modèle noir : de Géricault à Matisse, propose un nouveau regard sur un sujet trop longtemps négligé : la contribution des personnes noires à l’histoire de l’art. Elle revient sur trois moments forts du XIXe siècle, dont l’abolition de l’esclavage, et rend compte de l’évolution des représentations et des mœurs jusqu’aux avant-gardes du XXe siècle. Si les œuvres valent évidemment le détour (on ne peut qu’admirer le portrait de Madeleine par Marie Guillemine Benoist), cherchant à mettre en lumière ces figures oubliées de l’histoire de l’art, le propos est quant à lui quelque peu « à côté ». Comme si ce soudain intérêt pouvait faire oublier le racisme ou les drames passés ? Une belle initiative cependant pour le nombre d’informations et de détails présentés autour des œuvres, montrant que les artistes ne seraient rien sans leurs modèles, qui sont bien plus que de simples anonymes.

Cet hommage est repris par l’artiste contemporain Glenn Ligon (né en 1960) qui réalise pour l’occasion une installation lumineuse sur les tours de la nef : Des parisiens noirs, soit douze néons mettant en avant des noms de modèles, artistes et écrivains noirs ayant marqué l’art français. On retrouve parmi eux Alexandre Dumas (hé oui!), Joséphine Baker et l’illustre « nom inconnu », pour tous ceux dont l’identité n’a pas encore été retrouvée.

« Je ne crois pas qu’il y ait jamais eu un homme traitant une femme d’égale à égal, et c’est tout ce que j’aurais demandé, car je sais que je les vaux« . Une fois n’est pas coutume, démarrons avec une citation de l’artiste mise à l’honneur dans cette seconde exposition : Berthe Morisot (1841-1895). Une artiste qui, vous l’aurez compris, est l’une des grandes figures de l’impressionnisme au même titre que Claude Monet ou Camille Pissarro.

Cette exposition propose une nouvelle approche de son œuvre, mettant fin aux clichés qu’on lui rattache, notamment celui d’une peinture « féminine ». Figure centrale du mouvement impressionniste, elle est la seule femme à prendre part à la première exposition du mouvement en 1874. Elle travaille par ailleurs aux côtés de ses contemporains, avec autant de nouveauté dans la technique que dans le choix des sujets. Les peintures rassemblées évoquent le statut de la femme au XIXe siècle tout en témoignant de sa maîtrise technique. Ainsi, l’exposition permet de découvrir les multiples facettes de son travail, ses études sur la touche, la lumière, le fini et la spontanéité ! Si Berthe Morisot mérite plus de reconnaissance, c’est véritablement pour son talent et pour la beauté de ses instants de vie figés, entre poésie et modernité.

Et pour finir cette visite en beauté, notre équipe a aussi enquêté sur les derniers dispositifs de médiation mis en place au Musée d’Orsay ! Tout d’abord, un nouveau parcours de visite rend hommage aux femmes artistes. Femmes, art et pouvoir, c’est plus d’une centaine d’œuvres identifiées par trois types de cartels : femmes créatrices, critiques (dans le sens amateur et littéraire, bien entendu!) ou collectionneuses, afin de comprendre la place des femmes dans l’art moderne et dans la société actuelle. Ensuite, j’avais évoqué une machine à remonter le temps et je tiens mes promesses ! Au niveau des points d’accueil du musée, des deux côtés de l’escalier central, vous trouverez deux bornes « Timescope« . Car oui, le musée propose aux visiteurs une expérience en réalité virtuelle, De la gare au musée, un voyage en 3D, courte mais immersive et surtout, à 360° ! Enfin, et je garde le meilleur pour la fin, les musées d’Orsay et de l’Orangerie se dotent d’un site dédié au jeune public : Les petits M’O. Une plateforme interactive sous forme de carte où l’ours de Pompon parcourt les collections. Avec comme défi ultime celui de retrouver 20 des chefs-d’œuvre d’Orsay ! Une très bonne idée pour initier les plus jeunes à l’univers des musées.

Il y aurait encore tellement de choses à dire, mais le mieux, c’est encore de se faire sa propre opinion et de flâner librement dans les salles. En bref, il y a de quoi faire au Musée d’Orsay !

Expositions : « Le modèle noir de Géricault à Matisse » jusqu’au 21 juillet 2019 / « Des Parisiens noirs, Glenn Ligon » jusqu’au 21 juillet 2019 / « Berthe Morisot (1841-1895) » jusqu’au 22 septembre 2019

Mascher Sarah

Image de couverture : Berthe Morisot, La Mandoline, 1889, huile sur toile, Collection particulière Images : Musée d’Orsay / RMN / Musée Marmottant-Monet / Mascher Sarah

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s